Loading...
You are here:  Home  >  Français (beta)  >  Current Article

La justice vietnamienne: clémente ou arbitraire ?

By   /   August 3, 2013  /   Comments Off on La justice vietnamienne: clémente ou arbitraire ?

La justice vietnamienne : clémente ou arbitraire ? (Khoan hồng hay tùy tiện ?)

Par Người Buôn Gió, 01/07/2013

Traduit par LaPresseDuPeuple

 

Le Van Son a été jugé en Premier Instance à 13 ans de prison ferme.

Je connais très bien Le Van Son, son caractère, sa personnalité. C’est pour quoi quand j’ai appris qu’il est jugé jusqu’à 13 ans de prison ferme, j’ai tout de suite une question qui me traverse l’esprit : pourquoi ce jugement absurde a été si facilement prononcé ? Dans les procès verbaux et les conclusions de l’enquête, on trouve que les chefs d’accusassions contre Le Van Son  sont très sommaires. Et les détailles qui l’accablent semblent moins graves que les autres prisonniers de conscience. Un enfant si fragile comme Le Van Son qui ne pense pas plus loin que son nez, où et comment peut il trouver des moyens pour renverser un régime invincible qui a mis à terre les plus grandes puissances coloniales et d’empire du monde ?

 

Les militants pour la démocratie reconnus coupables de complot visant à renverser le gouvernement vietnamien ont été condamnés à des peines de prison devant un tribunal de province de Nghe An. (Image: Internet)

 

Mais Le Van Son sera jugé à peine comme Ho Duc Hoa. A la Cour d’Appel, Le Van Son bénéficie d’une réduction de 9 ans de prisons en faveur de son attitude coopérative. Il a avoué et a demandé clémence à la justice. Il se repente sincèrement de ses actes.

Suffirait-il d’avouer et de demander clémence pour bénéficier la réduction de ¾ de peine. Si c’est le cas, la justice de la République Socialiste du Vietnam ne serait elle pas trop humaine, si humaine qu’elle réagit en dépit de sa propre législation en terme de procédure pénale. Logiquement, la peine devrait être proportionnelle aux conséquences engendrées par le crime commis. Serait-il possible qu’une simple  promesse de repentance suffirait à remédier aux dégâts ? (l’un des points essentiels pour réduire les peines c’est la capacité de remédier à l’intégralité des dégâts) et ainsi  l’accusé peut s’en sortir avec ¾ de peine de moins ?

Le tribunal socialiste n’est pas si humain. Ce n’est que le bafouage et la décision arbitrative du Premier Instance. On est capable de prononcer une peine de 13 ans de prison ferme si l’accusé ne se montre pas accepter les chefs accusées qu’on l’inflige. Démontrer qu’une personne est coupable de ses actes est le travail des enquêtes judicaires. Il est aussi naturel que l’accusé cherche à masquer ou atténuer son crime. On ne peut prononcer 3 fois plus de peine simplement en fonction de la non-coopération de l’accusé. La loi préconise une atténuation de peine vise à vise l’attitude positive de l’accusé mais celle-ci ne dépassera pas 1/5ème des peines.

Alors avec une réduction de  ¾ des peines, il faudrait donc vérifier si les peines prononcées par le régime sont justes ou pas   ? Surtout vis à vise des crimes qu’on qualifie de « complot de coup d’état contre le régime ».

Auparavant, pour les mêmes chefs d’accusation, Tran Huynh Duy Thuc a été  de 9 ans de prison de plus par rapport à Le Cong Dinh. En connaissant la loi, on sait qu’en termes de chefs d’accusation, Tran Huynh Duy Thuc ne peut être jugé à 9 ans de plus que Le Cong Dinh. C’est donc l’attitude de se reconnaitre coupable ou pas devant la Cour qui mène Tran Huynh Duy Thuc à purger une peines beaucoup plus lourdes que Le Cong Dinh.

Même le lieutenant-colonel Nguyen Van Ninh qui a commis une double homicide n’a pas été jugé jusqu’à 9 ans de prison.

Comment peut-on comprendre que par le simple fait d’accepter ses peines,  et de promettre de repentance, on peut s’en sortir facilement même avec un crime de double meurtre ?

N’est pas ? Tran Huynh Duy Thuc et Ho Duc Huy ont été victime d’un jugement arbitraire en fonction de l’humeur des juges et aussi par rapport à leur attitude inflexible face à l’injustice ?

La justice ne sait pas se montrer clémente envers le vieux prisonnier de conscience Nguyen Huu Cau qui a vécu 34 derrière les barreaux et subit des séquelles irréparables. Il est devenu sourd et aveugle avec son âge avancé. La justice ne sait pas non plus se montrer clémente envers l’autre prisonnier de conscience Truong Van Suong, âgé de 70 ans et malade, et qui est péri en prison de maladie en subissant d’une peine de 30 ans de prison ferme. En quoi ces vieux prisonniers  pourraient ils être dangereux envers le régime pour qu’on les maintienne en prison pendant des années ? Ces vieux prisonniers dont l’âge et le prison leur ont rendu sourds, aveugles et malades, que peuvent ils faire encore ? Pourquoi ne sait-on pas se montrer clément en vers eux ?

Tout simplement, parce que la justice n’arrive pas à leur faire accepter leur chef d’accusations et elle n’arrive pas non plus à leur forcer à demander clémence.

Alors la clémence existe elle réellement dans cette justice ?

Elle existe mais ailleurs, dans d’autre procès.

Les procès comme le cas du policier homicide, Nguyen Van Ninh, jugé seulement de 4 ans de prison ferme, puis libéré avant terme. Gracié car jugé coopératif et âgé.

La justice a été clémente aussi envers le Préfet pédophile de Ha Giang, Nguyen Truong To, envers le haut-fonctionnaire corrompu de 500 millions de Dong car considéré comme instable psychologiquement, envers également le policier violeur de Hai Phong car considéré comme souffrant de trouble sexuelle.

Par contre, malgré l’étendu du bruit médiatique sur le soi disant mélomanie du prêtre Tadéo Nguyen Van Ly et de son âge avancé, la justice semble ignorer ces éléments et se montre intransigeant dans l’application de lourde peine contre ce dernier.

La justice sait se montrer également clément envers le richissime de Kinh Bac qui a fraudé de milliard de Dong aux impôts mais elle se montre sévère avec Le Quoc Quan et Nguyen Van Hai pour quelque centaines de millions de Dong. Même s’ils veulent remédier en payant la somme dûe aux impôts comme le cas de Nguyen Van Hai.  Ces deux personnes ont un point de commun c’est qu’ils avaient participé aux manifestions contre l’expansionnisme et l’agression de la Chine sur les îles paracels et spratley du VietNam.

La justice reflète la santé d’une société. Si la justice est animée au grée de l’humeur de chacun il est évident que le rapport social entre les individus est tout aussi émotionnel qu’arbitraire.

C’est exactement l’image d’une société compulsive dans laquelle nous vivons tous.  C’est une société dans laquelle la femme tue son mari ; le mari massacre sa femme ; la mère tu l’enfant ; le petit-fils assassine sa grande mère, l’inceste commis par le père sur sa fille ; l’hébergé tue son hôte, telle est la loi de cause et effet d’une pareille justice.

Ne croyez pas qu’en infligeant des procès injustes aux gens que vous pouvez les terroriser. Exercer son pouvoir en dépit de la loi, vous êtes entraine de cultiver votre propre échec avec une société où personne n’aura plus confiance au régime et complètement perdu face la justice. Vous êtes tout simplement entraine de marcher sur vous-même.

Quand vous marcherez sur votre propre tête, vous saurez précisément d’où viennent les forces hostiles.

 

(Nguoi Buon Gio)

 

Khoan hồng hay tùy tiện ?

 

Source: Traduit du vietnamien: Người Buôn Gió, “Khoan hồng hay tùy tiện?“, Blog Nguoi Buon Gio, 01 Juillet, 2013.

Version française © 2013 LaPresseDuPeuple & The Pacific Chronicle

You might also like...

UN Human-Rights-Council

RSF – Candidate countries for UN Human Rights Council set a poor example

Read More →